l’innovation chez Atos Origin

 Les Décideurs de l’Innovation #18 : Avec Marc-Henri Desportes, VP – Atos Origin
Publicités

Wikistalker

Wikistalker permet de visualiser de manière interactive la structure de liens et de catégories dans les articles de wikipedia

Les liens sont illustrés en fonction de leur parenté à l’article principal à l’aide de la mesure quantitative du  » wikipedia miner « (service qui fourni un accès simplifié et orienté objet à la structure et le contenu de Wikipedia.Il permet de mesurer la manière dont les termes et concepts dans Wikipedia sont reliés les uns aux autres )

test avec le terme : project management

créer un article WordPress / partage google Reader (demo)

via Korben de Korben le 28/04/11

Si vous voulez mettre en place sur votre serveur, votre propre Deezer-like, je vous avais déjà parlé de Subsonic mais il existe d’autres alternative comme 10er10 qui est un clone de Deezer 100% libre et développé par Dready92, un français. Au niveau des fonctionnalités, l’application vous permet d’uploader vos propres morceaux, de créer vos playlists, de faire des recherches dans le catalogue de musique et bien sûr d’écouter tout ça en streaming. Vraiment sympa !

captureoc 10er10   Un clone libre de Deezer

Si vous voulez vous lancer dans l’install de 10er10, il vous faudra installer sur votre serveur, CouchDB (pour la base NoSQL), Node.js sans oublier tous les binaires lame, oggenc, ogginfo, utrac, taginfo, vorbiscomment ou encore flac et metaflac. Tout ceci vous permettra de tagger les morceaux ou de les convertir d’un format à l’autre.

capture3lx 10er10   Un clone libre de Deezer

Dans le même genre, il existe aussi Ampache, qui fait à la même chose, avec des petits trucs en plus comme le support des radios shoutcast, l’intégration dans Amarok ou le support LastFM.

cap 2011 04 28 à 09.48.43 10er10   Un clone libre de Deezer

Tip top non ? Je trouve que Subsonic reste vraiment le meilleur, même si 10er10 a l’air très prometteur… Par contre, Ampache doit faire un tas de choses mais niveau interface, c’est un peu la cata…

D’ailleurs, pour ceux qui s’intéressent à Deezer, sachez que la beta de la prochaine version est disponible pour ceux qui veulent tester. Les furieux ont fait un site full HTML5 ! Adieu le flash. Et franchement, de ce que j’en ai vu, les mecs ont vraiment bien bossé ! Bravo !

[Source]

Publié dans Cloud. Leave a Comment »

Le cloud computing adopté dans le privé comme dans le public

Qu’il s’agisse du secteur privé ou du secteur public, les solutions hébergées dans les nuages ont la côte. Le marché s’organise autour de grands acteurs.

cloud entreprise

60% des entreprises se sont mises à l’utilisation d’applications et de services en cloud computing. C’est l’un des résultats d’une étude menée par le cabinet InformationWeek Analytics. Ce chiffre n’était que de 47% il y a un an. Les entreprises se sont laissés séduire par le principe de Saas (software as a service) avant tout pour leurs outils de CRM (44%), leur site Internet institutionnel (33%) et les emails (35%). Si un peu moins de la moitié est encore réticente à utiliser des solutions hébergées dans les nuages, c’est avant tout parce que ces entreprises n’en voient pas l’utilité. Et qu’elles se posent des questions quant à la sécurisation des données.

Un marché dominé par trois grands acteurs

Si de nombreuses start-up tentent de s’imposer en tant que prestataires, notamment dans le monde anglo-saxon, le marché reste encore dominé par trois grands acteurs : Microsoft, Salesforce.com et Google. Le premier gagne près de huit points de parts de marché cette année pour s’établir à presque 35%. Salesforce.com a perdu plus de dix points en 2010 mais reste encore second. La meilleure progression revient à l’entreprise ADP qui gagne plus de 15 points. Cette tendance à la hausse est bien sûr le reflet de l’acceptation des entreprises mais également la conséquence des politiques publiques d’équipement.

Le rôle de l’administration publique aux Etats-Unis

D’après l’étude, aujourd’hui près de 30% des agences publiques américaines utilisent déjà des solutions dans les nuages, soit dix points de plus qu’en 2010. Un autre tiers envisage de s’y mettre dans les douze prochains mois. Selon l’administration fédérale, cela permet de réduire de manière importante les coûts d’organisation et de maintenance des systèmes. Ceux-ci deviennent en effet gérables depuis une plateforme centrale, et non plus de manière indépendante au niveau de chaque agence.

viaLe cloud computing adopté dans le privé comme dans le public.

Publié dans Cloud. Leave a Comment »